CONNECTEZ-VOUS
Icone de fermeture

OÙ TROUVER VOTRE N° ?

Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor
invidunt ut labore et dolore magna aliquyam erat, sed diam voluptua. At vero eos et
accusam et justo duo dolores et ea rebum. Stet clita kasd gubergren, no sea.

Biographie d'Alain Platel
Orthopédagogue de formation, Alain Platel fonde à Gand, dans les années quatre-vingt, un collectif d'artistes malicieusement baptisé «les Ballets Contemporains de la Belgique», dont le nom s'allégera plus tard en Ballets C. de la B. Ses premiers spectacles, Stabat Mater (1984), Lichte Kavalerie (1985) et Mange p'tit coucou (1986), se caractérisent par des univers décalés et atypiques: un art naïf, fait de petits riens, à contre-courant de la «nouvelle vague» flamande qui rayonne sur les scènes internationales. Alain Platel oberve le monde en dilettante amoureux des recoins, des marges, du hors-cadre. À partir de Bonjour madame, comment allez-vous, il fait beau, il va sans doute pleuvoir, etcetera (1993), comédie musicale déjantée, chargée d'énergie et d'insolence, cette veine éclate dans une certaine banalité érigée en brillance. Alors que la Belgique s'enfonce dans de sordides affaires de pédophilie, A.Platel place l'enfance au cœur de sa démarche. Moder & Kind (1995) et Bernadetje (1997) avec sa scène d'autos tamponneuses, conçus avec l'écrivain Arne Sierens, mettent en scène des adolescents, et ceux-ci sont encore présents dans La Tristeza Complice (1996) et Iets op Bach (1998) où des musiques de Purcell et de Bach accompagnent un déferlement d'actions éperdument fêlées. Mettant à mal une certaine joliesse de la danse contemporaine, il se saisit des «clichés» d'une certaine pauvreté pour en faire la matière métaphorique de tous les reliefs de la vie, fussent-ils dérangeants. Mais le «réalisme» de Platel n'est en rien sociologique; il consiste à saisir, dans une palette de tempéraments et de corps, les traits d'une vérité humaine. Le sordide et le magnifique, l'exhibition et l'intime, le tendre et l'ironique, la violence et la fragilité s'entrelacent dans un alliage unique de trivial et de sacré, de grotesque et de sublime. En créant Allemaal Indiaan (Tous des Indiens, 2000), qu'il réalise à nouveau en compagnie d'Arne Sierens, Alain Platel annonce que ce sera son dernierspectacle. Il maintient toutefois sa compagnie, Les Ballets C. de la B., avec laquelle il produit aujourd'hui Wolf.