<i>Danser la peinture</i>, photo de couverture. Danser la peinture, photo de couverture. © D. R.
Notices d'oeuvres Danse arts visuels

Danser les grands maîtres du XXe siècle

Danser la peinture de Laurent Paillier et Philippe Verrièle ouvre le dialogue entre peinture et danse contemporaine. 

Par Alice Bourgeois publié le 22 déc. 2015

 

 

Tout part de cette initiative : proposer à différents chorégraphes de mettre en mouvement l’œuvre d’un artiste du xxe siècle, sous l’appareil-photo de Laurent Paillier. Onze peintres ou sculpteurs ont été choisis par la jeune garde de la danse française : Brancusi, Kandinsky, Kirchner, Fontana, Bourgeois, Degottex, Klein, Rustin, Pollock et enfin Turrell et Velickovic, tout deux encore vivants. En face d’eux : Tatiana Julien, Arthur Perole, Kaori Ito, Mélanie Perrier, Leïla Gaudin ou encore Malika Djardi.

On trouvera dans cet opus publié par les nouvelles éditions Scala de belles photos, en particulier celles, hantées de Tatiana Julien, partie sur les traces de Kirchner, celles, « irradiées par la lumière » de Mélanie Perrier au diapason de James Turrell, scintillantes pour Éric Arnal Burtschy et Yves Klein. Et par-dessus tout, les prises somptueuses de Kaori Ito en tenue d’Eve, fouettant de la peinture noire d’après Velickovic, un peintre hanté par la question du mal – où l’on voit que cette couleur sied décidément parfaitement à la mystérieuse chorégraphe. Les photos de Perrine Valli, à partir de Kandinsky, laissent moins sentir les résonances entre les deux oeuvres.

Malgré des maladresses, le texte qui les accompagne se révèle riche. Il extrait du temps quelques pépites de l’histoire de l’art qu’on se plaît à imaginer : la collaboration entre Carolyn Carlson et le peintre Olivier Debré (1920-1999) ; l’amitié entre Robert Rauschenberg et Merce Cunningham ; le refus de Brancusi de travailler avec Rodin, mais son invitation à la jeune danseuse Lizica Codré, en 1922, de créer une danse à partir des Gymnopédies de Satie dans son atelier ; l’influence exercée par le sculpteur roumain sur Osamu Noguchi (1904-1988), parti à New York et proche collaborateur de Martha Graham et de George Balanchine ; la mise en scène par Kandinsky, en 1928, des Tableaux d’une exposition de Moussorgski.

 

Danser la peinture – Pour une contre-histoire dansée de l’art, de Laurent Paillier et Philippe Verrièle, nouvelles éditions Scala, novembre 2015. 176 pages, 35 €.