Publicité

Enquêtes réservé aux abonnés

Quand Sevran brûle les planches

 Sevran, c’est le son de l’anathème.” Cette punch-line du rappeur Kaaris fait écho à l’implacable mauvaise réputation que traîne cette ville de Seine-Saint-Denis. Pourtant, derrière la tragédie francilienne, se joue parfois une toute autre scène. Dans l’intimité des tours et à l’abri des salons, le théâtre s’invite et réinvente du lien social.

Enquête à domicile par Victor Roussel, photographies de Vincent Desailly

publié le 29 oct. 2015