Logo du festival d'avignon 2016 Logo du festival d'avignon 2016 © D. R.
dossiers Danse Théâtre

Avignon 2016

Petit manuel de survie pour l'édition 2016 du festival d'Avignon (du 6 au 24 juillet). 

Par La rédaction de Mouvement publié le 4 mai 2016

Le festival d’Avignon est l’arbre qui cache la forêt d’intermittents et d’événements moins médiatiques, jugeons-en à l’angoisse que provoque une éventuelle grève. Sous les projecteurs, il est l’occasion pour les metteurs en scène de mettre en perspective des situations politiques complexes ou minimisées. Le duo syrien Omar Abusaada et Mohammad Al Attar plonge dans l’intimité d’une famille syrienne en « zone grise entre espoir et désespoir ». Côté Off, Adeline Rosenstein affirme sans détour ni fioriture l’histoire de la Palestine dans Décris-ravage ; la cie. Ontroerend Goed se frotte à la machine électorale, aux opérations de séduction-domination qui déterminent le choix politique. Retour au In. Dans 2666, Julien Gosselin fait le constat des échecs de l’Occident, prédit l’apocalypse et ose remettre en question la « mission humanitaire » que l’on tend à confier à l’art tandis que les FC Bergman envisagent la disparition des œuvres. Ainsi l’angoisse et la peur connaissent-elles leur éternel retour. La chorégraphe Lisbeth Gruwez les explore jusqu’à la paranoïa. 

 

Au sommaire : 

 

Ceux qui errent ne se trompent pas de Maëlle Poésy (du 6 au 12 juillet au Théâtre Benoît-XII) >> lire la critique d'Aïnhoa Jean-Calmettes : "Avalanche Blanche" 

 

* 6 A.M : How To disappear Completely du Blitz Theatre Group (du 7 au 10 juillet à l'Opéra grand Avignon) >> Lire le portrait du Blitz par Agnès Dopff, publié dans le n°82 de Mouvement :  " L'insurrection permanente " et la critique de la pièce par Agnès Dopff : "À ceux qui se lèvent tôt" 

 

Tristesses d'Anne-Cécile Vandalem (du 8 au 14 juillet au Gymnase du Lycée Aubanel)  >> Lire la critique d'Agnès Dopff : "Jeux de société"

 

* Rumeur et petits jours du Raoul Collectif (du 17 au 23 juillet au Cloître des Carmes) >> Lire la critique de Valentine Bonomo : "Qui veut la peau de TINA?"

 

* Hearing d'Amir Reza Koohestani (du 21 au 24 juillet au Théâtre Benoît-XII) >> Lire l'interview avec le metteur en scène, par Jean-Louis Perrier, publiée dans le n°83 de Mouvement :  " Si j'entends un verre, j'ai un doute " et la chronique sur Hearing de Jean-Louis Perrier, publiée dans le n°80 de Mouvement :  "L'oreille qui voit"