festival réservé aux abonnés

Tes désirs...

Le festival Ambivalences


22/05 > 28/05/2014 -LA COMÉDIE DE VALENCE

Le festival Ambivalences n’en a pas fini d’explorer les moindres recoins de l’univers urbain, mêlant théâtre, cinéma, et pour la première fois, la danse. 

Par Sarra Ben Hamida | publié le 15 mai 2014
<i>Sin baile no hay paraiso</i> de Pere Faura Sin baile no hay paraiso de Pere Faura, © Tatiana Halbach.

Il confronte cette année fantasmes, mystères et frissons de la ville désir à l’écriture dramatique contemporaine sous le titre « (no) sex, (no) city ». Cinq créations, une avant-première et une première en France, des productions cinématographiques originales et autres performances proposent de débusquer, au cœur de la foule et jusque derrière les volets clos, les manifestations du désir. Avec une audacieuse légèreté, Pere Faura détourne l’imaginaire pornographique en une pratique chorégraphique et sportive dans un solo de hula-hoop, puis livre un tribut malicieux à l’histoire de la danse avec Sin baile no hay paraiso. On retrouve les GirlNextDoor, groupe d’électro-rock notamment composé des artistes Caroline Guiela Nguyen et Lancelot Hamelin pour un concert électro-érotique où confessions intimes s'échangent entre musique, chant, théâtre, documentaire... Pauline Sales et Fabrice Melquiot présentent le Dr Camiski – alias Vincent Garanger –, sexologue de son état, qui livre à travers ses consultations une histoire ludique, légère et ambitieuse de la sexualité contemporaine. Avec plus de gravité, Norah Krief accompagne l'auteure Christine Angot dans une lecture poignante de deux de ses romans, La petite foule et L'inceste. Pour sa part, c'est à un « portrait de vie sociale » qu'Ambra Senatore entend confronter le spectateur dans sa nouvelle création, Aringa rossa. 

Ambivalences, du 22 au 28 mai à la Comédie de Valence.