pluridisciplinaire

L'agenda du 4 au 10 décembre

La semaine indiciplinaire de Mouvement.net


01/11 > 31/12/2017 -DANS TOUTE LA FRANCE

Propositions culturelles à se jeter derrière la cravate

Par La rédaction de Mouvement | publié le 24 nov. 2017
© Augustin Rebetez, L'âge des ronces

 

 

TRANS MUSICALES

du 6 au 10 décembre à Rennes

 

Inlassables diggers et défricheurs de talents depuis 1979, Jean-Louis Brossard et son équipe des Trans remettent le couvert. Ce n’est pas moins de 85 artistes qui composent la line-up finale. Un inventaire impossible à épuiser ici dont il ressort quelques noms prometteurs comme Mitú – la formation techno tropicale de Julián Salazar, ancien guitariste de la Bomba Estéreo – ou encore les Turcs de Altın Gün, dignes représentants de la vibe psyché anatolienne.

——————————————————————————————

 

Après la catastrophe de Tchernobyl, Nadia et Pétro ont décidé de ne pas quitter leur forêt natale, et de rester sur cette terre empoisonnée, envers et contre tout. Parti à leur rencontre au cœur de ce no man’s land, le collectif Berlin en tire Zvizdal, une fable sur la solitude, l’amour et la résilience d’une humanité désarmante. Du 5 au 9 décembre au Maillon, Strasbourg.

——————————————————————————————

 

Le collectif Encyclopédie de la parole poursuit son épopée dans l’oralité : Blablabla, comme une matière dense et composite qui remplit la bouche sans discontinuer. Joris Lacoste s’engage à la pétrir, Emmanuelle Lafon à la formaliser sur scène, Armelle Dousset à lui donner corps. Du 4 au 9 décembre au T2G, Gennevilliers.

——————————————————————————————

 

4 bonnes raisons de rester en enfance

1. Pour ne plus se cacher d’admirer Eminem, Arcade Fire ou Shirley Bassey et crier à pleins poumons We Can Be Heroes (Arnaud Pirault).

2. Se faire peur dans les méandres de l’installation brumeuse d’Éric Arnal-Burtschy (Deep Are the Woods) mais se rassurer avec les lucioles d’Isida Micani (Spark).

3. Partir en soucoupe volante direction une épopée délirante au Bal FantastiK! de la BaZooka.

4. Affirmer posséder des pouvoirs magiques pour s’envoler avec Mélissa Von Vépy en trapéziste conférencière spécialiste de L’Aérien.

 

Les Petits Pas, du 7 au 15 décembre au Gymnase, Roubaix

——————————————————————————————

 

Avec Oh Louis…. Robyn Orlin s’attaque au Roi Soleil. Celui qui a mis en lumière l’art du ballet en France semble le sujet idéal pour ausculter la danse comme instrument politique. Avec ce solo taillé pour le danseur étoile Benjamin Pech, on fait confiance à la chorégraphe sud-africaine pour dézinguer au passage quelques rouages sur les rapports de pouvoir. Les 5 et 6 décembre au CNDC Angers.

——————————————————————————————

 

Comme chaque année, le Centre national des arts du cirque célèbre sa promotion sortante à travers une création orchestrée par un artiste confirmé. C’est l’acrobate Mathurin Bolze qui sabre le cru 2017, en compagnie des élèves de l’Ensatt. Intitulé (provisoirement) Atelier 29 (pour 29e promotion, déjà !), la partition met à l’honneur le mât chinois, la corde et les sangles. Du 6 au 17 décembre à Châlons-en-Champagne, vous êtes invités à prendre un peu de hauteur sur le monde.

——————————————————————————————

 

Deux ans après son premier spectacle, le plasticien Augustin Rebetez revient avec une nouvelle fable, L’âge des ronces, du 6 au 15 décembre au Théâtre Vidy-Lausanne. Bien ancrée dans notre monde de la vitesse et de la prolifération (l’appel aux mauvaises herbes n’est pas anodine), cette création ambitieuse ne rêve rien de moins que de retracer l’histoire de l’humanité en 90 minutes. 

 

—————————————————————————————————                                 

ET ENCORE 

—————————————————————————————————

 

VINCENT MACAIGNE 

Pour le réconfort, sortie en salle le 25 octobre

Je suis un pays, du 25 novembre au 8 décembre au Théâtre Nanterre-Amandiers

En manque, du 14 au 22 décembre à La Villette, Paris

Dense automne pour Vincent Macaigne. Le comédien et metteur en scène revient par deux fois sur les planches et signe son premier long-métrage. Intitulé Pour le réconfort, ce dernier conte les retrouvailles d’amis d’enfance teintées d’une acerbe violence symbolique. Dans la Grande halle de la Villette, En manque s’attaque à l’art pourri par le fric pour mettre en scène une bande de jeunes révoltés. Plus frontalement politique que ses précédentes pièces, Je suis un pays s’apparente au cauchemar halluciné d’un monde qui refuse de changer. 

—————————————————————————————————

 

DANSEM

du 21 novembre au 16 décembre à Marseille, Aix-en-Provence et Vitrolles

Le festival de danse méditerranéen, axé sur les écritures chorégraphiques issues du sud de l’Europe, fête ses 20 ans. Le duo catalan Mal Pelo tout de noir vêtu fait le déplacement, Radouan Mriziga déroule méticuleusement son solo 55, le Collectif Ex Nihilo bâtit des ponts entre Alexandrie et la cité phocéenne, du Mucem jusque dans les passages abandonnés de la ville. Le duo Youness Atbane et Youness Aboulakoul préfère la rêverie architecturale, et le collectif KO s’en tenir aux déplacements avec l’installation Chacun sa place. 

—————————————————————————————————        

 

WAJDI MOUAWAD

Alors que son projet de maison de théâtre prend forme, pour cette première « année » (de saison il n’est plus question) entièrement programmée par ses soins, Wajdi Mouawad crée sa nouvelle pièce en creusant la ligne qui est sienne depuis ses débuts : une langue puissante où tente de s’énoncer des identités déchirées par les guerres fratricides. Tous des oiseaux, du 17 novembre au 17 décembre à La Colline.

—————————————————————————————————                                      

              

BIENNALE DES ARTS DU MIME ET DU GESTE

du 8 novembre au 17 décembre dans toute la France

Avec pour objectif de casser les stéréotypes d’une discipline encore marquée par la figure du pantomime blanc, la Biennale met l’accent sur la diversité des formes et formats. De l’ode au désir lancée par Emmanuelle Laborit (Dévaste-moi), en passant par la jonglerie portée à l’absurde par la répétition (Humanoptère, Cie La Main de l’Homme), le Glam, à l’origine de l’événement, rappelle que le geste épouse le spectre infini des formes du langage.

 

————————————————————————————————                

C'EST LA FIN 

———————————————————————————————— 

 

3 raisons d'aller voir le monde à Brive-la-Gaillarde

1. Au son du doudouk et du saz, le duo arméno-turc Adana nous parle d’une histoire commune et rêve, le temps d’un concert, d’une réconciliation à venir.

2. Interprète dans la dernière création de Boris Charmatz, l’Ivoirienne Nadia Beugré prend ses Quartiers libres pour un solo à base de bouteilles en plastique.

3. Avec son théâtre documentaire, Tatiana Frolova nous envoie balader aux confins de l’orient russe pour interroger la fin de l’Homme rouge et les complexités de la Russie contemporaine.

SPECTACLES SANS FRONTIÈRESdu 14 novembre au 7 décembre aux Treize arches, Brive-la-Gaillarde

 

—————————————————————————————————                

 
5 bonnes raisons d'aller aux inaccoutumés !

1. Pour sortir de la Ménagerie de Verre. Pour la première fois, le festival des Inaccoutumées fait son ouverture au Théâtre Nanterre-Amandiers.

2. Ne pas rater le 5e épisode de Pour une thèse vivante de Claudia Triozzi, où il sera question de l’habitat et du lieu.

3. (Re)voir danser François Chaignaud dans le décor bourré de mystères de Théo Mercier (Radio Vinci Park).

4. Écouter et entendre les Conversations déplacées d’Ivana Müller, interprétées par quatre humains et une plante : tous, êtres vivants.

5. Pour Where’s the MC, l’émission de radio déjantée de Marie-Caroline Hominal en maîtresse loyale à froufrous.

LES INACCOUTUMÉS, du 14 novembre au 9 décembre à la Ménagerie de Verre, Paris