pluridisciplinaire

L'agenda du 27 mars au 2 avril

La semaine indisciplinaire de Mouvement.net


01/03 > 31/03/2017 -DANS TOUTE LA FRANCE

Propositions culturelles à se jeter derrière la cravate

Par La rédaction de Mouvement | publié le 1 mars 2017
<i>They Might Be Giants</i> de Steven Michel They Might Be Giants de Steven Michel © p. Giannina Urmeneta Ottiker

 

 

 

SIDÉRATION

du 24 au 26 mars au Cnes, Paris

 

Protocole V.A.L.E.N.T.I.N.A. trailer de Olivia Csiky Trnka

Mêler la création artistique à l’univers spatial, voilà la mission que Sidération mène comme un laboratoire d’idées. Plongé cette année dans la notion d’utopie, il donne à voir la danseuse Jeanne Morel dont le corps, en impesanteur et capté sous toutes les coutures, livre une matière artistique d’un genre nouveau (Hors-lieu, la danse des données en zéro-gravité) ; le Télescope intérieur d’Eduardo Kac, réalisé par le spationaute Thomas Pesquet lors d’une mission, questionne l’écriture dans l’espace et Nicolas Montgermont, avec Axis Mundi, modélise des ondes électromagnétiques à l’échelle interplanétaire.

------------------------------------------------------------------------

 

VARIATIONS

du 31 mars au 2 avril à Nantes.

Baptiste Trotignon. p. Fabrice Neddam

Explorer, le temps d'un week-end, la musique pour piano et claviers sous toutes ses formes et coutures, de toutes époques et origines : tel est le formidable pari du festival Variations, initié cette année par le Lieu Unique de Nantes (avec le soutien de la fondation BNP Paribas). Formidable, parce qu'il joue la carte du décloisonnement à tout va : de l'Amérique à l'Inde, de Bach à l'électro (avec notamment l'Italo-Berlinoise Caterina Barbieri), de l'Ensemble 0 à Charlie O., il y en aura pour toutes les oreilles curieuses. Outre une impressionnante théorie de pianistes et d'organistes sans œillères (Michel Legrand, Baptiste Trottignon, Jean-Luc Guionnet, Keith Tippett, les sœurs Labèque, Melaine Dalibert, Edouard Ferlet, Maxence Cyrin, Nicolas Horvath...), Variations offre également, cerise sur le gâteau, le tout premier concert européen de Joanna Brouk, élève de Terry Riley et Robert Ashley, dont la musique céleste promet un grand moment de lévitation.

------------------------------------------------------------------------

 

Prendre le train de Milan à Rome dans la tête de Francis Servain Mirkovic, agent secret et héros du roman de Mathias Enard avec les metteurs en scène Marilyn Leray et Marc Tsypkine du 27 mars au 8 avril au TU de Nantes. Avec Zone, ils construisent une enquête politique, judiciaire et intime qui se déploie dans une scénographie-laboratoire épinglant souvenirs, cartes et documents secrets.

------------------------------------------------------------------------

 

LE GRAND BAIN

du 27 mars au 7 avril au Gymnase, Roubaix

 

Échauffement avec Jaguar de Marlene Monteiro Freitas qui vous trimballe du court de tennis à la piscine en passant par le zoo, sans transition. Accélération du rythme avec la séance de cardio concoctée par l’artiste associé du Gymnase, Jan Martens (The Dog Days Are Over). Vous êtes prêt pour affronter la grande question posée par Emmanuel Eggermont : Que pourrait être une cité chorégraphique ? (Polis). Après cette grande odyssée, Steven Michel vous hypnotise (They Might Be Giants) pour vous aider à accepter votre Retour sur Terre (Christophe Haleb).

------------------------------------------------------------------------

 

DANCING MUSEUMS

du 28 au 31 mars au Mac Val, Vitry-sur-Seine

Si le spectacle est la partie visible de l’iceberg chorégraphique, La Cité éphémère de la danse vous invite à sonder sa partie immergée. Tatiana Julien, Juan Dante Murillo, Fabio Novembrini, Connor Schumacher et Lucy Suggate, chorégraphes du projet Dancing Museums, œuvrent depuis deux ans dans cinq musées d’Europe pour imaginer de nouveaux modes d’interaction avec les spectateurs. Aujourd’hui, pour clore cette aventure, ils partagent leur monde, leurs utopies, leurs doutes et leurs outils dans une cité ouverte et sans remparts. Cinq jours pour questionner, observer et expérimenter cet écosystème si particulier.

------------------------------------------------------------------------

 

 

Sur l’espace noir du plateau, quatre hommes en chemise blanche décomposent des énergies fraternelles et combinent ensemble les récits des héros. Ils mêlent la chorégraphie à la narration pour révéler l’insoumission. Le 28 mars au Centre des bords de Marne (Le Perreux-sur-Marne), les frères Ben Aïm présentent Brûlent nos cœurs insoumis au son live d’Ibrahim Maalouf.

------------------------------------------------------------------------

 

MYTHOS

du 31 mars au 9 avril à Rennes et alentours

 

Grand rendez-vous rennais, le festival Mythos mêle les registres et les disciplines, du dernier spectacle des danseurs Hillel Kogan & Adi Boutrous (We Love Arabs) à un concert de l’homme de théâtre, de lettres et de radio François Morel ; en passant par le son électro de Jabberwocky ou encore la pièce Doreen de David Geselson qui retrace l’histoire d’amour aussi passionnée que politique d’André Gorz. Dix jours de festivités dans la métropole pour danser au son de Calypso Rose et rêver en écoutant les contes d’un grand père qui a la tête en bas (Drôle de chute).

------------------------------------------------------------------------

 

Chorégraphe de la sensation et du détail, Mélanie Perrier révèle dans chaque geste tout un paysage philosophique. Dans son corps-à-corps féminin Lâche, elle explorait le pouvoir d’attraction de la peau et l’impossibilité de la séparation. Avec sa nouvelle création, promise à faire date, elle charge la figure du porté d’implications éthiques. Et donne à sentir, dans sa chair, ce que le Care veut dire, les 27 et 28 mars au CCN de Caen.

------------------------------------------------------------------------

 

BRONZE BY GOLD

de Stephanie Thiersch, les 29 et 30 mars au Théâtre de Nîmes

 

 

Un orchestre de chambre sur une planche à roulettes, un disc-jockey répondant au doux nom de Dj Elephant Power et sept danseurs. Voilà la communauté que réunit Stephanie Thiersch pour Bronze by Gold, hommage à l’Ulysse de James Joyce. L’épopée chorégraphique pousse protagonistes et public dans les cordes du sensible. Sur fond de La Grande fugue de Beethoven version épileptique ou de l’électro-sabotage du Dj belge, les corps se supportent, se célèbrent, s’opposent et démissionnent à un rythme frénétique.

------------------------------------------------------------------------

 

Du 29 mars au 8 avril à l’ADC de Genève, Gregory Stauffer livre Dreams for The Dreamless, sa dernière création inspirée par le grand Nord finlandais. Après Walking, performance explorant la marche et ses connexions physiologiques et symboliques, l’artiste poursuit le lâcher prise dans une solitude enneigée, explorant les récits et clichés septentrionaux.

 

------------------------------------------------------------------------

ET ENCORE

------------------------------------------------------------------------

 

SPRING

du 9 mars au 14 avril en Normandie

Qu'il s'agisse des échafaudages méta-spatiaux de Johann Le Guillerm ou du mobilier cérébral que la cie. Anomalie &... a rassemblé dans la petite chambre noire, le nouveau cirque investit l'espace contemporain, toujours plus déterminé à se fixer sur le devant de la scène. Lucide et souvent critique – à l'image du politiquement clownesque Funny Birds de la cie. La rive ultérieure, ou encore du Diktat libérateur de Sandrine Juglair – le cirque s'hybride et se renouvelle à vue, porté par une scène normande qui ne cesse d'affirmer son soutien à la création circassienne.

------------------------------------------------------------------------

 

BIENNALE INTERNATIONALE DU DESIGN 

du 9 mars au 9 avril à Saint-Étienne 

La 10e grand-messe stéphanoise du design, cette pratique à la croisée des arts et de l’industrie, se faufile dans les rouages des mutations du travail. Il était temps, Saint-Étienne ayant perdu le titre de capitale industrielle au profit de capitale du design. Les « cols blancs créatifs » investissent dorénavant les ateliers ouvriers (T&P Work Unit) quand d’autres envisagent de tuer le travail pour enfin renouer avec un rythme biologique (Stéphane Dégoutin, Gwenola Wagon, Thomas Thwaites). Et si le travail meurt bouffé par le capital ? Le projet Extravaillances ≠ Working dead imagine des syndicats de robots en cas de crise.

------------------------------------------------------------------------

 

3 bonnes raisons de CAMPER AU CENTQUATRE 

 

 

1. Parce que c’est là que tout a commencé. Il y a deux ans, Radhouane El Meddeb y organisait des castings pour trouver les interprètes d’Heroes, prélude. Il revient avec une version longue, toute aussi flashy et énergisante.

2. Puisqu’il faut prendre son temps pour comprendre la profondeur esthétique et politique du voguing capturée par Frédéric Nauczyciel dans son installation The Fire Flies.

3. Pour se faire hypnotiser par Alessandro Sciarroni qui explore le mouvement giratoire de la toupie dans sa nouvelle création (Chroma_Don’t Be Frightened of Turning The Page).

 

Séquence danse, du 14 mars au 9 avril au Centquatre, Paris

------------------------------------------------------------------------

 

ÉTRANGE CARGO

du 14 mars au 9 avril à la Ménagerie de verre, Paris

À bord d’un étrange cargo, laissons-nous envahir par La Beauté contemporaine de la langue de Proust lue et remixée à la sauce Yves-Nöel Genod. Restez branchés pour assister à la pièce DIY de Giuseppe Chico et Barbara Matijevic (I’ve Never Done This Before). Et parce que c’est le 20anniversaire du festival, déballons Group Show de Galerie (Adriano Wilfert Jensen et Simon Asencio), espace de vente d’œuvres immatérielles.

 

------------------------------------------------------------------------

C'EST BIENTÔT LA FIN

------------------------------------------------------------------------

 

+ DE DANSE 

du 2 mars au 1er avril à Marseille 

Pour ouvrir son festival, Michel Kelemenis ressort ses cahiers d’artiste avec Collector, une création anniversaire qui brosse pas moins de 30 ans de carrière. Avec WOMANhouse d’Andreas Constantinou, la moquerie devient une arme contre les comportements belliqueux des mâles. Tempérament bien trempé et danse décidée, Patricia Apergi navigue dans le chaos d’Athènes et d’une génération sacrifiée. À l’heure de l’état d’urgence, la jeune chorégraphe Simonne Rizzo n’hésite pas à remettre le pouvoir absolu du roi Louis Pi / XIV sur le tapis.

------------------------------------------------------------------------

 

FESTIVAL INTERNATIONAL DE FILMS DE FEMMES

CINÉMA DU RÉEL 

du 10 au 19 mars, à Créteil et Paris

du 24 mars au 2 avril au Centre Pompidou, Paris 

Un film réussit le test de Bechdel si les trois affirmations suivantes sont réunies : 1. On peut identifier au moins deux personnages féminins, qui portent un nom. 2. Elles parlent ensemble. 3. Elles parlent d'autre chose que d'un personnage masculin. Peu réussissent le test mais depuis 39 ans, on trouve à Créteil un panorama des films de et avec des femmes qui tentent de rompre avec les stéréotypes.
Au Centre Pompidou, le festival Cinéma du réel signe lui aussi sa 39e bougie avec une riche programmation documentaire qui propose (entre autres) un focus sur l’œuvre de la réalisatrice, auteure et journaliste thaïlandaise Ing K.

------------------------------------------------------------------------

 

BIENNALE DU VAL-DE-MARNE 

du 1er mars au 1er avril à la Briqueterie, Vitry-sur-Seine

 

Quand nos centrales nucléaires deviennent menaçantes, il est peut-être temps d’interroger la notion d’énergie. C’est ce que propose Anne Collod avec une déambulation dans les méandres de la Régie de chauffage urbain de Fontenay-sous-Bois. Maître de la décomposition alimentaire, l’artiste Michel Blazy et le chorégraphe Chris Haring nous invitent à dîner. Deep Dish fait de la table une jungle qui s’explore en caméra embarquée. Vous reprendrez bien un peu de dessert ? Dans Jérôme Bosch : Le Jardin des délices, Marie Chouinard s’attaque à l’univers tempétueux du peintre des âmes torturées à la religiosité exacerbée. Faites aussi sourire vos oreilles et vos yeux avec la création des frères Ben Aïm et Ibrahim Maalouf.

------------------------------------------------------------------------

 

INCANDESCENCES

du 3 au 30 mars à Paris, Saint-Ouen, Pantin, Montreuil et Bagnolet 

 

Impulsé par l’association Danse dense et les six lieux qui l’accueillent, le festival d’émergence chorégraphique Incandescences donne à voir, pour sa 31e édition, le paysage de la jeune création en 16 pièces de danse. Eva Assayas & Ariane Derain explorent la part d’obscurité des corps et des combats intérieurs (Obscur à soi-même) ; avec Bruisse, Mariam Faquir donne à voir les insurrections intimes et Djino Alolo Sabin & Christina Towle rejouent un combat de Mohammed Ali avec Debout-Se relever.

------------------------------------------------------------------------

 

IN EXTREMIS 

du 4 au 31 mars au Théâtre Garonne, Toulouse

 

Ovnis scéniques à prévoir. Pour la 17édition du festival In Extremis, Vlatka Horvat ouvre Le 15e congrès extraordinaire (nom du congrès du Parti communiste yougoslave qui n’aura jamais lieu, le pays s’étant disloqué face à la montée des nationalismes). L’artiste croate convie à la table des négociations des Toulousaines volontaires, toutes originaires d’ex-Yougoslavie, pour une réécriture intime et collective de la grande histoire. De leur côté, Antonija Livingstone et Nadia Lauro brisent la frontière scène-salle pour prendre soin de vous, corps et âme, tandis que Simone Aughterlony et Jorge León appellent à défier le pouvoir policier (Uni*Form).

------------------------------------------------------------------------

 

360DEGRÉS

du 21 au 30 mars à la Passerelle, Saint-Brieuc

 

 

Dressant la cartographie non-exhaustive de nos frontières sensibles, la scène briochine sonde les contours de nos massifs intimes et sociaux, singuliers et collectifs. Au carrefour de la danse, du cinéma et de la marionnette, Ali Moini et SéVA arpentent les dédales du Sujet, Lenio Kaklea et Camille Mutel croquent nos mascarades ordinaires à poing levé, pendant qu'un peu plus loin, Bouchra Ouizguen, Mylène Benoit et Arthur Perole convoquent les traditions, rock ou berbère, et rappellent la danse à son essence collective. De quoi retrouver le sens commun !

------------------------------------------------------------------------

 

4 bonnes raisons de CIRCULER SANS DEMANDER L’AUTORISATION 

 

1. Pour aller jusqu’aux limites de l’art et du représentable : Milo Rau crée Les 120 journées de Sodome d’après Salò de Pasolini.

2. Car quand Nadia Lauro et Antonija Livingstone cassent le 4e mur, c’est pour vous masser tendrement les oreilles et vous inviter à rendre la pareille à votre voisin (Études hérétiques 1-7).

3. Parce qu’on ne demande pas non plus l’autorisation de repartir en enfance (Moto-Cross de Maud Le Pladec) ou de Se sentir vivant (Yasmine Hugonnet).

4. Parce qu’après avoir assisté à De la démocratie en Amérique de Romeo Castellucci, on ne pourra de toute façon plus parler.

 

Programme commun « Libre circulation », du 23 mars au 2 avril au Théâtre Vidy, Lausanne

------------------------------------------------------------------------

 

3 bonnes raisons de RÉSONNER À PAU

 

 

1. Pour revoir son langage. Dans le ballet dada de Daniel Linehan, dbddbb, les gesticulations prennent le relais des onomatopées. Joris Lacoste compose la Suite n° 2 de son Encyclopédie de la parole, de la plus quotidienne à la plus politique.

2. Pour sonder le trouble enfoui en chacun de nous. Avec Ha ! Bouchra Ouizguen s’inspire du chant poétique de Djalāl ad-Dīn Muhammad Balkhi et fouille ce qui dans le corps et les mots relève de la folie.

3. Pour frissonner. Avec We’re Pretty Fuckin’ Far from Okay, Lisbeth Gruwez, immerge le spectateur dans la peur. Transpiration, agitation, accélération du pouls… jusqu’à la transe.

 

Résonance(s), du 16 au 31 mars à Pau et alentours