pluridisciplinaire

L'agenda du 2 au 8 octobre

La semaine indiciplinaire de Mouvement.net


01/09 > 31/10/2017 -DANS TOUTE LA FRANCE

Propositions culturelles à se jeter derrière la cravate

Par La rédaction de Mouvement | publié le 26 sept. 2017

 

 

ZONE D'OCCUPATION ARTISTIQUE 

du 21 octobre au 4 novembre à Paris

La Zone d’occupation artistique se redéploie sur la rive droite de la capitale. Du théâtre de la Reine blanche à la Générale en passant par le Point éphémère, cette sixième édition s’ouvre avec le cabaret joyeusement iconoclaste de Gurshad Shaeman qui recrée l’espace d’une soirée Le jardin des délices. Alors que le chorégraphe et compositeur Aurélien Richard fait endurer à la danseuse Mié Coquempot les 9 cercles de son Enfer créatif, Enora Rivière présente son mystérieux Moteur#1, « rencontre silencieuse entre un danseur et un spectateur ».  Une cuvée 2017 qui s’achèvera avec un bal participatif « sur roues », où personnes valides et spectateurs à mobilité réduite sont invités à danser sur d’étranges sièges à roulettes. 

 

==============================================================

 

FRAGMENT(S)

du 6 au 21 octobre à Paris

Imaginé par La Loge et Mains d'œuvres, lieux parisiens emblématiques de l’émergence, le festival Fragments présente des spectacles encore en chantier et nous plonge dans les méandres de cerveaux artistiques en recherche : À partir d’une histoire de selfie pris à Auschwitz, la cie Les Yeux creux explore le « Shitstorm ». France 98 retrace la saga bleue de la coupe du monde comme une épopée antique. La cie LTDH emmerde (en souriant et avec tendresse) les fantasmes transhumanistes.

==============================================================

 

BIENNALE DE LA DANSE

du 5 octobre au 5 décembre dans la région Grand Est

Prêts pour une grande expédition chorégraphique ? Le voyage commence avec un check-up complet de l’état du monde avec Bien sûr les choses tournent mal de Frank Micheletti. Si vous avez opté pour la navigation, n’ayez pas peur du vide car vous atterrirez dans un bain de foule orchestré par Gisèle Vienne. Avec une paire de jumelles, à la recherche d’oiseaux rares, direction le Luxembourg pour découvrir les danses encore préservées du Grec Andrea Rama.

==============================================================

 

RIVERRUN

du 5 au 8 octobre à Albi

Parce qu’ils font partie des rares lieux où peuvent se rencontrer les musiques de recherche de toutes obédiences – « savante », électroacoustique, improvisée, « rock », voire extra-européenne –, les six Centre nationaux de création musicale (label des plus récents décerné par notre cher ministère) sont aussi des plus pertinents. En témoigne le festival Riverrun, (virgule incluse) initié à Albi par Didier Aschour, nouveau directeur du GMEA : s’y côtoient des compositeurs comme Peter Ablinger, Tom Johnson, Éliane Radigue ou Philip Glass, des musiciens aussi francs-tireurs que Jean-Luc Guionnet ou Carole Rieussec...

==============================================================

 

FESTIVAL INTERNATIONAL DES ARTS DE BORDEAUX

du 5 au 25 octobre

Après une première édition pour le moins concluante, le FAB poursuit sur sa lancée avec une programmation bien accordée au présent. Construite autour de deux thématiques fortes, celle des frontières et un focus France-Argentine, la programmation esquisse courageusement les contours des questions qui dérangent. Avec Talos, Arkadi Zaides épingle l’UE et dresse une chorégraphie aux frontières, l’Agrupacion Señor Serrano confronte capitalisme et humanisme, tandis que Carly Wijs repense le subjectif face au drame collectif. Et finalement, que peut l’art ? Quelques éléments de réponse seront sans doute à glaner dans Actions de Yan Duyvendak, Nicolas Cilins et Nataly Sugnaux.

==============================================================

 

Six acrobates de la cie Un Loup pour l’Homme invoquent les Rare Birds du 7 au 9 octobre au Parvis à Ibos. Jonglant avec leur propre corps, imprégnant de fantaisie et d’émotion un état de mouvement perpétuel et défiant les lois de l’équilibre, ces artistes virtuoses se changent en oiseaux et créent un cirque qui annule toute perception de limites.

 

==============================================================

ET ENCORE 

==============================================================

 

 

BIENNALE

du 27 septembre au 14 octobre à Charleroi, Belgique

 

Avec l’arrivée d’une nouvelle directrice, le vent tourne à la biennale de Charleroi. Soufflant de l’Est, Wen Hui hérisse un large panorama critique de la révolution culturelle chinoise. Une bribe d’air indonésien nous parvient dans une soirée qui brasse danse traditionnelle Saman dite des 1000 mains et le travail d’Otniel Tasman. Dans une ode érotisée, le chorégraphe javanais aère les idées de féminin et masculin. Entre alizé empreint de douceur (Sur le fil de Nacera Belaza), mistral tonitruant (To Da Bone de (La)Horde), gaze énigmatique (3 de Malika Djardi) ou le mythique zéphyr (Dance de Lucinda Childs) vous n'aurez qu’à vous laisser porter.

==============================================================

 

ACTORAL

du 26 septembre au 14 octobre à Marseille

Par le verbe, le corps ou la matière, l’édition 2017 d’Actoral s’invite dans tous les foyers de présence humaine. Par une exploration des fondamentaux des danses traditionnelles (SunBengSitting de Simon Mayer), la restauration des utopies collectives (Des territoires (...D’une prison l’autre...), de Baptiste Amann), ou l’architecture rhétorique de These Are My Principles… If You Don’t Like Them I Have Others, le festival marseillais promet un inventaire non-exhaustif de ce qui nous rend présent.e.s au monde. Le virtuel ordinaire se heurte à la poésie pratique, l’intime abyssal au collectif érecteur et incite, souhaitons-le, à bâtir de nouveaux grands « ensemble ».

==============================================================

 

4 bonnes raisons DE FAIRE LE TOUR DE L'ITALIA ! 

1. Rencontrer Silvia Calderoni, transdisciplinaire et queer, avec MDLSX : un théâtre musical, électrisé et documentaire. 

2. Déconstruire et reconstruire la danse avec Michele Di Stefano (cie MK) et le duo Sigourney Weaver (Biagio Caravano et Daniela Cattivelli) dans Hey, une série de poèmes corporels chantés-dansés (et avec Fransesca Pennini).

3. Traverser ce que veut dire « avoir mal aux souvenirs » avec l’histoire de Lucia Calamaro et La Vita ferma.

4. Per far L’Amore avec la cie Scimone Sframeli : un cimetière, une fin de partie et l’amour pour propos.

Italia !, du 27 septembre au 7 octobre au théâtre Garonne, Toulouse

==============================================================

 

GRANDE-

De leur rupture, Vimala Pons et Tsirihaka Harrivel ont tiré la matière de leur dernière œuvre totale. Empruntant sa forme fragmentée au music-hall, Grande- mixe les registres et les disciplines pour traverser, avec une délicatesse à pleurer, les mystères de l’amour, des obsessions, des échecs et du temps qui passe. Un bijou présenté du 19 septembre au 11 octobre au Centquatre, Paris.

==============================================================

 

DES TOILES DANS LA VILLE

du 21 septembre au 17 décembre à Tournai, Lille et sa métropole

Dans toute la région lilloise, une émulsion circassienne s’évertue à réinjecter poésie et chaleur humaine dans les âmes et dans les rangs. Un soir chez Boris (Olivier Debelhoir) met du baume au cœur, pendant que Le Dedans des choses (cie La Fabrique - Nadia Ghadanfar) et Ouïe de Ludor Citrik & Pollu prêtent l’oreille au seul moment qui nous lie. Accalmie sensible avant la tempête comique, insufflée par More Aura de Véronique Tuaillon et Dad is dead des Mathieu ma fille Foundation. 

==============================================================

 

FESTIVAL D’AUTOMNE

du 13 septembre au 31 décembre à Paris

Manuel de survie à l’attention des spectateurs.

1. Se laisser guider par le ciel : la comète éruptive Vincent Macaigne brûle ses rêves d’adolescent (En manque, et Je suis un pays) ; la dérangeante constellation du plasticien et réalisateur Harmony Korine est exposée à Pompidou ; la mystérieuse éclipse de lune de Romeo Castellucci part aux origines de la démocratie.

2. Prendre les tabous à bras-le-corps : Dorothée Munyaneza (Unwanted) et Laila Soliman (Zig Zig) se demandent ce que la guerre fait au corps des femmes.

3. Faire confiance à la nuit : en allant cluber avec Gisèle Vienne (Crowd).