pluridisciplinaire

L'agenda du 19 au 25 juin

La semaine indiciplinaire de Mouvement.net

La rédaction de Mouvement
01/06 > 30/06/2017 -DANS TOUTE LA FRANCE

Propositions culturelles à se jeter derrière la cravate

publié le 15 mai 2017
<i>Flood</i> de Daniel Linehan Flood de Daniel Linehan © Jean-Luc Tanghe

 

 

Le 24 juin prochain, Phia Ménard – artiste résidente au CCN de Caen – proposera à quelques 40 habitants caennais de se mouiller dans L’Écume des nuées : une création collective, entre rencontre humaine et production artistique. Poursuivant sa recherche autour du corps liquide, la chorégraphe puise dans la métaphore aqueuse pour tenter de faire chavirer habitué.e.s et non-initié.e.s vers une recherche plastique collective, au risque de faire sortir quelques esprits de leur lit.

==============================================================

 

TERRAFORMA

du 23 au 25 juin à la Villa Arconati, Milan, Italie

Le festival Terraforma invite à savourer de la musique électronique de pointe dans une atmosphère intimiste, au milieu des jardins arborés de la Villa Arconati à Milan. Une pareille invitation devient franchement irrésistible si l’on ajoute que Gas (fameux projet ambient/techno de Wolfgang Voigt), Arpanet (électro culte de Detroit), Rashad Becker (sorcier du mastering et compositeur aventureux), Andrew Weatherall, Aurora Halal et Laraaji participent, entre autres, à cette 4e édition

==============================================================

 

4 BONNES RAISONS… d’aller en classe verte et sauvage

 

 

1. Pour sillonner le village de Combourg guidé par Alain Michard et Mathias Poisson (Promenade blanche).

2. Pour s’embarquer dans la nouvelle création d’Antonija Livingstone.

3. Pour déambuler dans les jardins du château de La Ballue au fil des trois soli de Lucinda Childs interprétés par sa nièce Ruth (Pastime, 1963 ; Carnation 1964 et Museum Piece, 1965).

4. Pour découvrir le flamenco improvisé d’Olga Pericet : Mujer Española.

Extension sauvage, les 24 et 25 juin à Combourg et Bazouges-la-Pérouse

==============================================================

 

MONTPELLIER DANSE

du 23 juin au 7 juillet à Montpellier

 

 

Voyage en plusieurs étapes pour la grand-messe de la danse en terre montpelliéraine. Départ pour New York avec Dance de Lucinda Childs puis La Stravaganza et Spectral Evidence conçues par Angelin Preljocaj pour le New York City Ballet. Un tour en Argentine avec El Baile de Mathilde Monnier puis avec les puissantes femmes Autóctonos d’Ayelen Parolin. Atterrissage mouvementé à prévoir chez les Bacchantes de Marlene Monteiro Freitas et dans la Danse malade de Marcelo Evelin venue du Brésil, avant de disparaître devant Flood, dernière création de Daniel Linehan. 

==============================================================

 

BELLUARD

du 22 juin au 1er juillet à Fribourg, Suisse

 

 

Résolument indisciplinaire le festival helvétique sort de ses gonds et propulse la création dans des lieux inattendus. En cœur de ville, Bouchra Ouizguen déploie ses Corbeaux, chœur de femmes portées par le souffle des traditions populaires marocaines. La ménagerie s’agrandit avec La Nuit des taupes de Philippe Quesne qui invite les visiteurs à se perdre dans leur univers ténébreux. Martin Schick, enfant du pays qui a sillonné le monde à la recherche de formes alternatives d’habitat, installe, lui, les résultats de sa Weltausstellung (exposition universelle) sur les rives du lac Noir.

==============================================================

 

 

22, 23, 24 juin, à Besançon les Jours de danse se comptent par trois. En pleine ville, face à une grille – prison urbaine ou terrain de jeu – le collectif Dyptic insuffle un hip hop précipité et révolté. La cité se met en pause avec Nathalie Pernette qui, après avoir sculpté La Figure du gisant, s’attaque à celle du baiser, deuxième volet d’un triptyque qui danse l’immobilité. N’éteignez pas vos téléphones conseille la cie Numb : dans une danse délicate qui alterne les états de présence, le duo vacille entre la connexion et la déconnexion

==============================================================

 

1. Mon premier mot est un endroit où, selon un programme de France Culture, on fait l’histoire avec un grand H : La… la…

2. Mon second est “ gai ” pour Nietzsche et Godard : Le… le…

3. Et j’ai lieu dans un endroit qui évoque un « Suprême » groupe de rap français des années 1990 qui ne laisse pas votre maman tranquille.

... Mon tout se déroule à Montreuil les 24 et 25 juin et fait appel à des passionné.e.s, artisans ou jeunes universitaires, qui se glissent dans le rôle d’enseignant.es pour mieux partager leurs savoirs.

La Fabrique des savoirs, les 24 et 25 juin au Nouveau théâtre de Montreuil

 

==============================================================

 

 ÇA CONTINUE 

 

==============================================================

 

ART, VILLES & PAYSAGE

Du 17 juin au 15 octobre à Amiens et environ

Le long des affluents de la Somme, la Maison de la culture d’Amiens met les jardins des Hortillonnages en partage pour un parcours, pédestre ou en barque, au cœur de la nature façonnée par la main d’humains un peu artistes. Au détour des étangs et des îles, on découvre les 45 créations d’une multitude de créateurs paysagistes, architectes ou plasticiens qui, seuls ou à plusieurs, s’amusent à se fondre dans le paysage ou au contraire à le sublimer, jouant des perspectives, des couleurs et des matières pour mieux le révéler.

==============================================================

 

FESTIVAL DE MARSEILLE

du 15 juin au 9 juillet à Marseille

 

 

Avec une programmation internationale qui entre en écho avec la diversité de sa ville, le Festival de Marseille pose les questions qui fâchent et brandit les non-dits : avec Sanctuary de Brett Bailey et The Last King of Kakfontein de Boyzie Cekwana, deux générations de chorégraphes sud-africains sondent l’élan communautaire. Bruno Beltrão explore l’actualité symbolique de la marche en pleine crise migratoire pour sa dernière création, tandis que Jérôme Bel ou Meg Stuart (Compagnie, Compagnie et Until Our Hearts Stop) esquissent quelques sociétés autonomes.

==============================================================

 

LATITUDES CONTEMPORAINES

du 7 juin au 9 juillet à Lille et alentours

 

 

Branché sur une prise de courant alternatif, cette 15e édition de Latitudes contemporaines oscille entre saisissement de nos inquiétudes et interrogation de nos révoltes. Avec Oblivion Sarah Vanhee nous place face à ce que l’on met au rebut. Hate Radio de Milo Rau plonge au cœur du studio de la Radio mille collines, rouage de la mécanique génocidaire au Rwanda. Lisbeth Gruwez sonde la peur dans We’re Pretty Fuckin’ Far from Okay et Yuval Rozman s’empare de la vaste question de la sécurité dans l’espace public, avant qu’El Conde de Torrefiel ne prenne par deux fois la ville d’assaut.

==============================================================

 

MANIFESTE

du 1er juin au 1er juillet à Paris 

Pour le festival ManiFeste, l'IRCAM s’allie au Musée d’art moderne et au Centquatre pour organiser la rencontre des arts du temps et des arts visuels. Du danseur et chorégraphe Wim Vandekeybus à la clôture au Centre Pompidou avec l'ensemble Ulysses dirigé par Heinz Holliger en passant par une conférence « Temps et musique » au Collège de France ou un concert électronique sur la Piazza Beaubourg, les installations de ManiFeste explorent la transversalité et annoncent le dépassement de la séparation entre l’art à destination d’un spectateur, d’un visiteur et d’un auditeur.

==============================================================

 

PRINTEMPS DES COMÉDIENS

du 30 mai au 1er juillet au Domaine d’O, Montpellier

De sa langue caverneuse, l’auteur-metteur en scène Charly Breton entremêle quatre récits dans Les restes, liant autant de trajectoires déclassées et pleines de furie ; Romeo Castellucci choisit la parabole dans Democracy in America ; les Dakh Daughters et Stéphane Ricordel amènent leur cabaret ukrainien (Terabak de Kyiv) ; Sylvain Creuzevault réinvente Faust dans Angelus Novus ; Isabelle Huppert lit Sade… durant plus d’un mois, le Printemps des comédiens déploie performance, danse, cirque, théâtre pour fêter le printemps comme un début d’été.

==============================================================

 

LES NUITS DE FOURVIÈRE

du 1er juin au 5 août à Lyon

Depuis plus de 70 ans, le festival du primat des Gaules, dont la scène principale est montée sur les ruines d'un théâtre gallo-romain, propose un projet artistique singulier avec pour seule boussole la qualité artistique des projets et leur inscription sur la scène internationale. Cirque, danse, musique, opéra et théâtre se côtoient durant deux mois pour plus de 60 représentations. Résultat, Arcade Fire salue Paolo Conte, Alt-J et Foals se marrent avec Lorraine de Sagazan, ses Démons et sa Maison de poupée. Goran Bregović avec L'Homme cirque aka David Dimitri tandis qu’Aurélien Bory sort son indémodable Plan B. Tout cela sous le regard du Cheikh Sidi Bemol, qui chante les marins kabyles.

==============================================================

 

LE PRINTEMPS DES LABORATOIRES

jusqu’au 7 juillet aux Laboratoires d’Aubervilliers

Après s’être emparés des thèmes du travail, de l’espace public et des psychotropes, les Laboratoires d’Aubervilliers s’aventurent vers les perceptions extra-sensorielles. Que se passe-t-il en deçà et au-delà de ce que notre raison nous explique ? Leur 5e Printemps sera l’occasion, entre autres événements, de livrer quelques conclusions avec Josep Rafanell i Orra (auteur d’En finir avec le capitalisme thérapeutique), qui seront augmentées et éditées dans leur excellent Journal, à paraître en janvier 2018.

==============================================================

 

SHEZAD DAWOOD

du 10 mai au 24 septembre à la Biennale de Venise

Le réalisateur Shezad Dawood dévoile les trois premiers épisodes (sur dix) d’un film-épopée encore un cours de réalisation, qui anticipe un futur cataclysmique. Un film en forme de collage, mêlant images documentaires et prises de vue dans une île abandonnée de la lagune vénitienne. Derrière la figure du « survivant » mise en scène dans le film, se dessine celle du « migrant », soumis à un chaos politico-économique annoncé par le titre : Léviathan.

==============================================================

 

FOCUS ARGENTINE 

du 4 mai au 7 octobre à la Comédie de Caen et au Teatro Nacional Cervantes de Buenos Aires

1. En Argentine, si copier c’est mal, Copi, c’est mieux. Surtout lorsque l’œuvre du dessinateur et dramaturge franco-argentin est adaptée à la scène par Marcial Di Fonzo Bo (Eva Perón et L’Homosexuel ou la difficulté de s’exprimer) et par Pierre Maillet (La Journée d’une rêveuse (et autres moments)).

2. Si l’on souhaite se soustraire aux idéologies qui sous-tendent les récits alarmistes et rétrogrades bien en vogue dans les vieux esprits de la jeune Europe, l’auteur et metteur en scène Rafael Spregelburd propose Fin de l’Europe.

 

==============================================================

 

 C'EST BIENTÔT LA FIN 

 

==============================================================

 

TOURS D'HORIZONS

du 10 au 23 juin à Tours

Les horizons artistiques, ces fameux « champs des possibles », se cognent aux exigences d’ « innovation », de « compétitivité », de « projet culturel », de « marché unique du numérique et de la culture » pour reprendre les formules Macron. Le festival de danse Tours d’horizons organisé par le CCNT choisit d’arrêter là cette fuite frénétique vers l’entreprise culturelle qui fait oublier le principal : pourquoi l’art ? Il serait temps de faire un « tours d’horizons des mémoires » pour se rappeler ce qui a construit les arts chorégraphiques, leurs tâtonnements, leurs incertitudes, leurs actes politiques, notamment à travers des créations inédites. L’indisciplinaire Christine Bastin revient aux fondamentaux les plus infimes et pourtant essentiels : l’appui, première connexion entre un corps et son environnement (L’infiniment dedans). Claire Haenni se fait passeuse entre le chorégraphe et pédagogue Jacques Patarozzi et des amateurs pour rappeler que la danse c’est d’abord une curiosité pour le corps de l’autre. Curiosité aussi pour les arts voisins – plastiques et poétiques – comme l’affirme Gaëlle Bourges avec sa variation autour du portrait de Balzac en robe de chambre peint par Louis Boulanger. L’innovation, une vaste blague marketing ?

==============================================================

 

FESTIVAL DES CAVES 

jusqu’au 24 juin, partout en France

 

 

70 ans après le début de la décentralisation théâtrale de 1946, chaque département compte au moins un centre dramatique. Mêlant création, spectacles d’école et de partenaires au long cours, la 12e édition du festival des caves célèbre ce mouvement, animé du désir de faire théâtre partout et autrement. De caves vigneronnes en demeures séculaires, dans 92 communes de France, l’occasion de retrouver Tiago Rodrigues, Louise Lévêque ou encore Angélica Liddell…