pluridisciplinaire

L'agenda du 11 au 17 août

La semaine indiciplinaire de Mouvement.net


01/07 > 31/08/2017 -DANS TOUTE LA FRANCE

Propositions culturelles à se jeter derrière la cravate

Par La rédaction de Mouvement | publié le 7 juil. 2017
Eisa Jocson, <i>Happyland</i> Eisa Jocson, Happyland © D. R.

 

 

 

PAMPA & CHAMP LIBRE

du 11 au 20 août, au Lieu-dit Calabre, Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt

du 29 août au 3 septembre à Saint-Junien, Haute-Vienne

 

Le théâtre n’a pas besoin des villes pour s’épanouir. Depuis trois ans, c’est en plein air et en rase campagne que le collectif Pampa, formé par des jeunes professionnels du spectacle vivant, invite les spectateurs à regarder, discuter et manger avec lui. Benjamin Porée reprend son Ivanov et Matthieu Dessertine met en scène Démons de Lars Norén. Goût des classiques revisités qui ne réduit pas au silence les écritures collectives de plateau (Cabaret). Autre cadre, même ambiance, le jeune collectif Champ Libre s’empare du Moulin Brice et des anciennes usines de feutres à Saint-Junien, pour déployer son festival pluridisciplinaire. Marion Guilloux tort la bible en un Évangile selon l’instant présent. La cie Atresbandes reprend son huis-clos d’un amour agonisant (Solfatara), présenté au festival Impatience 2013. Lucile Beauné, elle, explique avec les mains ce qu’est une marionnette (La Petite conférence manipulée).

==============================================================

 

ATONAL

 

Riche de son héritage post-punk, le festival Atonal déploie le meilleur de l’électro internationale du 16 au 20 août à Berlin, où l’énigmatique Abul Mogard, fera sa toute première performance live. Le style noise et indus de Puce Mary prend forme dans un nouveau live : A Feast Before the Drought, et Inga Mauer, résidente du Stackenschneider à St-Pétersbourg, partage sa ferveur, entre techno industrielle, new-wave et disco.

==============================================================

 

TANZ IM AUGUST

du 11 août au 2 septembre à Berlin

 

Les saisons théâtrales ne sont pas encore ouvertes et vous développez une carence en spectacles ? Fin août, pour votre bien, terminez vos vacances à Berlin. Au rythme d’un afrobeat frénétique, Serge Aimé Coulibaly et ses six interprètes dansent l’espoir que le musicien nigérian Fela Kuti a porté toute sa vie avec Kalakuta Republik. Si vous n’avez pas encore saisi la différence entre tango et flamenco, Alan Pauls accompagné de Mathilde Monnier (El Baile) pour le premier puis Rocío Molina (Caída del Cielo) pour le second, devraient terminer votre apprentissage.

==============================================================

 

THEATER SPEKTAKEL

du 17 août au 3 septembre à Zürich

Theater Spektakel devance la rentrée médiatique pour redorer le blason du « story telling ». Parce qu’il y a toujours plusieurs points de vue dans une histoire, Wael Shawky offre la version arabe de la Chanson de Roland, d’un geste ressemblant à celui de Kamel Daoud qui fit parler l’homme assassiné par Meursault dans une réécriture de L’Étranger de Camus. Parce qu’il y a toujours, sous les paillettes, un envers du décor, Eisa Jocson s’intéresse aux danseurs philippins employés par les parcs Disney. Et parce que dans le grand silence des disparitions, on a besoin d’un récit pour faire son deuil, l’Iranienne Azade Shahmiri met en scène une jeune femme qui, en 2070, tente d’élucider la mort étrange de son grand-père.

 

==============================================================

ET ENCORE 

==============================================================

 

3 bonnes raisons… DE LÂCHER PRISE AU FAR°

 1.  Parce qu’en Europe l’art de l’accueil est en voie de disparition et l’oisiveté de criminalisation. Adina Secretan ouvre avec Mama Helvetica un lieu sans redevance ni statut, où chacun, à la fois hôte et invité, a carte blanche pour tuer le temps.

2. Parce qu’il faut arrêter de se voiler la face, prêter l’oreille aux anecdotes croustillantes de Zoé Cadotsch, façon mondanités du XVIIIe siècle, ça vous met l’eau à la bouche.

3. Parce que vous avez toujours rêver d’entrer dans une pièce remplie d’objets fragiles, muni.e d’un marteau et d’une scie… Kate McIntosh vous fournit les lunettes de sécurité.

 

Far°, du 9 au 19 août à Nyon

==============================================================

 

3 bonnes raisons… DE SIRQUER À NEXON

 

1. Pour vous donner envie de faire du vélo autrement, par exemple en rond et à l’envers, avec de grandes sangles suspendues comme les deux acolytes de la cie Quotidienne ( Vol d’usage ).

2. . Parce que la nature vous manque, vous pourrez vous inspirer d’Olivier Debelhoir « trappeur des banlieues des années 2010 » qui enfile ses chaussures de ski pour se plonger dans des forêts imaginaires ( L’Ouest loin ).

3. Pour voir Elsa Guérin sirquer dans de la fausse fourrure pour un spectacle tout en matières : Le Poil de la bête.

 

La Route du sirque, du 7 au 26 août à Nexon

==============================================================

 

LIEUX MOUVANTS EN BRETAGNE

L’été s’annonce chargé en Bretagne : du 3 juin au 27 août, Lieux mouvants se charge de la programmation. Pluridisciplinaire, le festival
mêle des rencontres : Georges Pernoud de Thalassa, Cédric Villani et Thanh Nghiem qui cherchent à « polliniser les savoirs ». Des spectacles avec la danseuse Cognès Mayoukou ; un opéra-jardin de Jean-Luc Hervé ou encore la spectaculaire Transhumante du circassien Johann le Guillerm, qui dresse un édifice de planches se mouvant en permanence.

==============================================================

 

ESTIVALES

du 14 juillet au 26 août au Théâtre du peuple, Bussang

Partir n’est pas toujours une tragédie en cinq actes. Pour ses dernières Estivales à la tête du Théâtre du peuple, Vincent Goethals le prouve par a + b en commençant les festivités par un Feydeau et en changeant Britannicus en quasi-vaudeville (texte de Steve Gagnon). La programmation se teinte ensuite d’une tonalité plus grave, explorant les états d’âmes d’individus en fuite (Traces d’étoile ; L’Empreinte du vertige). Les auteurs qui ont marqué les six années de direction viennent pour un dernier tour de piste (Laurent Gaudé, Sedef Ecer…). Ce n’est qu’un au revoir.

==============================================================

  

VOYAGE À NANTES

du 1er juillet au 27 août

Grand éléphant de Pierre Orefice et François Delarozière

Retour de la ligne verte à Nantes : un parcours de 12 km 
à travers la ville pour découvrir une cinquantaine de lieux qui déclinent, tout au long de l’été, œuvres permanentes et performances. L’occasion en un week-end d’aller faire une ballade sur le dos du Grand éléphant de Pierre Orefice et François Delarozière, de rencontrer les monstres de H. R. Giger et d’écouter un morse raconter l’histoire John Marvin Steele, parachutiste américain connu pour être resté accroché à une église la nuit du débarquement.

==============================================================

 

FESTIVALS D’ATHÈNES ET D’ÉPIDAURE

jusqu'au 23 septembre en Grèce

Hand's Turn de Lénio Kakléa. p. D. R. 

Après deux années un peu chahutées, suite à l’éviction de son directeur – Yorgos Loukos – sans autre forme de procès, la nomination de Jan Fabre et sa démission, les festivals d’Athènes et d’Épidaure reprennent leur équilibre. De juin jusqu’au bout de l’été indien, la programmation offre une place de choix à la fine fleur internationale (Marlene Monteiro Freitas, Hofesh Shechter, Frank Castorf, Milo Rau) et semble délaisser un peu les artistes grecs. Côté danse, on retrouve Lénio Kakléa qui explore les mystères du corps à l’ère de la transparence. Côté Théâtre, le Blitz Theater Group fonde un Institut de la solitude mondialisée. Loin des paillettes cosmopolites et des théâtres antiques, les petites formes artistiques se faufilent dans les tavernes, places et ports sous l’intitulé « Opening to the city ». 

==============================================================

 

LES HORTILLONNAGES

jusqu'au 15 octobre à Amiens

Chaque année, de juin à octobre, sur les 235 hectares d'îles et d’étangs de la Somme, on embarque de sauvagerie en artefact, de culture vivrière en œuvre culturelle. Jusqu’ici piloté par l'active Maison de la culture d'Amiens, le festival Les Hortillonnages travaille à lier cultures actuelles, ancrage territorial et proximités sociales. Jeunes artistes, paysagistes et architectes expérimentent ce site extravagant, avec des maraîchers, entreprises d'inser- tion, chasseurs et pêcheurs. En 8 ans, 48 îles (11 nouvelles cette année) ont été paysagées, réparées, land-artifiées, et sauvées de la déshérence, façon de cultiver la dialectique de l'événement et de la pérennité.

 

==============================================================

C'EST BIENTÔT LA FIN 

==============================================================

 

RENCONTRES INTERNATIONALES DE THÉÂTRE EN CORSE

Nées dans une dynamique d’éducation populaire et tournées vers le plaisir de la pratique artistique, Les Rencontres internationales de théâtre en Corse réunissent stagiaires, comédiens et techniciens à l’Aria à Pioggiola. Mêlant leurs savoirs et leur créativité, du 5 au 12 août (stage à partir du 16 juillet), professionnels et curieux de théâtre participeront à la réalisation d’une dizaine de spectacles et surtout à une initiative humaine encourageant chacun à faire entendre sa langue d’idées. 

============================================================== 

 

IMPULSTANZ

du 13 juillet au 13 août à Vienne

La plus grande concentration de chorégraphes au mètre carré c’est à Vienne, tous les étés. Un mois durant, tout ce qui bouillonne sur les scènes d’Europe y trouve un point de réunion. Parmi tous les workshops et performances, on retient un focus sur l’œuvre de Jan Fabre avec une exposition rétrospective, la première de sa création Belgian Rules / Belgium Rules et une masterclass. On se laisse aussi tenter par la Young Choreographers' Series pour voir les travaux de jeunes chorégraphes, dont Samira Elagoz et son prometteur Cock, Cock... Who's There?